Violences policières à Jérusalem - Est : le cas d'Issawiya

Depuis mai 2019, la police israélienne soumets les résidents d’Issawiya à des raids et des arrestations quotidiennes. Personne ne semble comprendre le but de ces opérations, police incluse.  

 

Issawiya est un village palestinien situé en bordure de Jérusalem. Occupé depuis 1967, il a été rattaché à la municipalité de Jérusalem en 1980. 20.000 palestiniens y vivent dans des conditions de surpopulation, d’insalubrité mais surtout depuis le printemps 2019 dans un climat de peur perpétuelle face aux violences policières quotidiennes.

Dans cette ambiance extrêmement tendue, des ONG Israéliennes telles que Yesh Din et Free Jerusalem organisent des maraudes nocturnes pour limiter la violence. L’idée est simple : tenter de limiter les violences policières par leur simple présence et le fait qu’ils filment et photographies les interactions entre la police et la population. Chaque soir ce sont donc entre 5 et 20 personnes qui marchent dans les rues d’Issawiya pendant plusieurs heures pour tenter de faire descendre le niveau de violence, souvent accompagnées de certains habitants d’Issawiya.

 

C’est une soirée de maraude que j’ai suivi fin décembre 2019, que je vous propose de voir en images pour retranscrire l’atmosphère qui règne le soir dans ce village de Jérusalem-Est avec pour fond sonore le bourdonnement du drone de la police volant en continue au-dessus des habitations.